Assemblée générale ordinaire du 16 décembre 2022

15 novembre 2022

Heure : 18h00

Lieu : Soleo (locaux d’IGRETEC, boulevard Mayence 1/1 à 6000 Charleroi)

Ordre du jour :

  1. Plan stratégique 2023-2025;
  2. Nominations statutaires.

Annexes :

Équiper les bâtiments publics en photovoltaïque : c’est bientôt chose faite avec NEOVIA !

20 mai 2022

(Charleroi), le 20 mai 2022 – 163 bâtiments publics du Hainaut ont été sélectionnés pour pouvoir être équipés de panneaux photovoltaïques. Selon les décisions des communes concernées, NEOVIA – structure publique accélérant la transition énergétique – pourra préfinancer les investissements pour un montant potentiel de 12 millions d’euros. Une fameuse opportunité qui permettrait à ces communes de réduire leurs factures d’énergie.

Investir dans la transition énergétique tout en réduisant ses factures d’électricité

Le contexte géopolitique et macro-économique particulièrement difficile de ces derniers mois a en effet mené les prix de l’énergie à des montants astronomiques. Cette envolée des prix rend les budgets communaux plus vulnérables et difficiles à maîtriser.

En province de Hainaut, l’intercommunale CENEO propose à ses 57 communes associées de faire coup double : investir dans la transition énergétique tout en réduisant leurs factures d’électricité.

Grâce à NEOVIA, accélérateur de transition énergétique 100% public créé il y a deux ans, CENEO a l’intention de mieux armer ses communes à faire face aux incertitudes tout en réduisant leur empreinte écologique.

Produire une électricité locale décarbonée

NEOVIA a tout d’abord lancé un appel auprès des communes associées pour qu’elles manifestent leur intérêt dans le projet photovoltaïque. Une étude de faisabilité technique et économique (quick scan) a alors été menée par les intercommunales IGRETEC et IDETA sur 280 bâtiments publics gérés par 27 communes candidates*.

« Les structures intercommunales, comme IGRETEC, CENEO et NEOVIA sont au service de leurs affiliés communaux. Pour ce dossier, NEOVIA s’est appuyée sur l’expertise d’IGRETEC pour réaliser le quick scan pour la région de Charleroi »explique Renaud Moens, Directeur général d’IGRETEC« Nous joignons nos forces ​ pour aider les communes et les entreprises actives sur nos territoires à relever les défis qui se présentent à elles. »

Au final, le quick scan a rendu son verdict : plus de 160 bâtiments communaux présentent de sérieux atouts pour pouvoir accueillir un équipement photovoltaïque. ​​

« Ce résultat est un réel succès tant au vu du nombre de communes intéressées que du nombre de bâtiments éligibles » se félicite Raphaël Durant, Secrétaire général de CENEO.

Raphaël Durant, Secrétaire général de CENEO

Après l’identification de ces 163 bâtiments, les communes vont arrêter la liste de ceux qu’ils souhaitent prioritairement équiper.

« Et nous souhaitons qu’il y en ait un maximum. Équiper ces bâtiments permettrait de réaliser une production potentielle locale et décarbonée de 7.379 Mwh par an, ce qui équivaut à la consommation de plus de 2.300 ménages ! », poursuit le Secrétaire général de CENEO.

Ensuite, NEOVIA assurera, sous forme de tiers investisseur, le financement, la construction, l’exploitation et l’entretien des panneaux photovoltaïques. ​

« En clair, cela signifie que NEOVIA préfinancera l’ensemble des investissements (études et travaux) », indique Loïc D’Haeyer, Président du Conseil d’administration de CENEO et Bourgmestre de Fleurus. « Les communes rembourseront NEOVIA sur base d’une rente annuelle fixe sur 15 ans. Cette rente reprendra l’investissement préfinancé par NEOVIA mais également les frais de maintenance de l’installation. Cela représentera un montant global d’investissement potentiel de quelque 12 millions d’euros. »

Loïc D’Haeyer, Président du Conseil d’administration de CENEO et Bourgmestre de Fleurus

Des gains importants pour les communes!

Outre l’indépendance par rapport aux énergies fossiles et l’accès à une consommation plus durable, les communes qui équiperont leurs bâtiments verront également leurs factures diminuer fortement. ​

« L’objectif est de proposer aux communes intéressées de payer une rente annuelle fixe inférieure aux économies réalisées sur la facture d’électricité grâce aux investissements », souligne Raphaël Durant.

« Si on prend l’exemple de la ville de Charleroi, le gain énergétique brut est estimé à 3.000 Mwh d’électricité/an. Cela permettra d’immuniser 20% de la facture d’électricité de la ville des fluctuations des prix de l’énergie sur les marchés internationaux. Ce qui est tout bénéfice tant pour le contribuable que pour l’environnement »,signale Xavier Desgain, Echevin Energie et Transition écologique à la Ville de Charleroi.

Xavier Desgain, Echevin Energie et Transition écologique à la Ville de Charleroi

« Aujourd’hui, c’est l’enjeu de la transition énergétique et des prix de l’énergie qui constituent un véritable challenge. L’annonce de la Commission européenne pour révolutionner le paysage énergétique européen (RePowerEU) va complètement dans ce sens. Avec NEOVIA, le Hainaut fait figure de précurseur ! », conclut Loïc D’Haeyer.

 *Les villes et communes ayant participé au quick scan sont: Aiseau-Presles, Antoing, Ath, Bernissart, Brunehaut, Chapelle-Lez-Herlaimont, Charleroi, Châtelet, Chièvres, Erquelinnes, Estinnes, Farciennes, Fleurus, Flobecq, Frameries, Frasnes-Lez-Anvaing, Hensies, Honnelles, Jurbise, La Louvière, Lessines, Morlanwelz, Péruwelz, Saint-Ghislain, Seneffe, Thuin et Tournai.

CONTACTS :

Raphaël DURANT, Secrétaire général de CENEO, raphael.durant@ceneo.be, 071/20.28.81 ​

Céline FAIDHERBE, Chargée de communication de CENEO, celine.faidherbe@live.be, 0478/280 500

Voyage d’études 2021

17 novembre 2021

Retour sur notre voyage d’études en Italie. 

7 visites. 16 orateurs. 16 participants.

Encore merci à nos hôtes italiens pour leur accueil: 

Cap holding, TRA, Pinerolo, Environment park, Energy Center Politecnico di Torino, OGR Tech et Urban Lab. 

Avec : Raphaël Durant, Nicolas Zdanov, Loïc D’Haeyer, Xavier Berto, Olivier Bontems, Olivier Bouchat, Didier Donfut, Benoit Lefebvre, Laeticia Lienard, Renaud Moens, Emmanuel Wart, Céline Faidherbe, Didier Albin, Anthony Cujas, Geoffrey Romani, Aurelien Delacroix.

Hausse des prix de l’énergie ?

7 octobre 2021

Les 7️⃣5️⃣ communes et autant d’infrastructures publiques membres de notre Centrale d’achat en sont protégées jusque fin 2022!

👀Comment ?

Visionnez les reportages de Télésambre et de la RTBF à Farciennes et à Gilly!

Visite de Fairwind dans le cadre de la conférence des bourgmestres de Charleroi Métropole

16 juin 2021

Le lundi 7 juin, CENEO et la Conférence des bourgmestres de Charleroi Métropole ont visité Fairwind.

⁉️ Basée à 100% en Wallonie, Fairwind produit, installe et entretient des éoliennes de petite taille, à destination des PME et des administrations locales. 

👀 En tant que gestionnaire de participations dans le domaine de l’énergie, CENEO reste attentive au développement des entreprises actives dans ce secteur. Particulièrement quand celles-ci contribuent à la transition énergétique, comme Fairwind.

♻️ Au total, CENEO a déjà investi, via ses partenaires intercommunaux, près de 2️⃣0️⃣ millions d’euros depuis 2015 dans les différentes filières du renouvelable et du durable. 

Appel à manifestation d’intérêt pour les communes : Projet d’installation de panneaux photovoltaïques et de stations CNG slowfill

12 mai 2021

Les intercommunales CENEO, IDEA, IDETA, IGRETEC ont créé NEOVIA, la société énergétique territoriale, pour accompagner les communes dans la mise en œuvre de leurs projets d’énergie renouvelable.  

Vous êtes une commune affiliée à CENEO ?

Vous souhaitez des avancées rapides et concrètes de votre PAEDC ?

Vous souhaitez donner un coup de boost à votre projet de transition énergétique ?  

NEOVIA finance l’investissement et en assure, à long terme, l’exploitation et la maintenance pour compte des Communes.  

Un 1er projet vient d’être lancé par NEOVIA : l’installation de panneaux photovoltaïques sur les bâtiments publics et de stations CNG slowfill à l’attention exclusive des véhicules communaux. 

Les communes intéressées peuvent faire parvenir leurs dossiers pour le 30 juin 2021 au plus tard.

Plus d’infos :

Contacts :

L’IPFH devient CENEO !

3 mars 2021

Découvrez dans cette vidéo les raisons du changement de nom de l’Intercommunale Pure de Financement du Hainaut (IPFH) en CENEO.

IPFH et Fluxys unissent leurs forces pour développer des projets de transition énergétique en province du Hainaut

17 février 2021

(Charleroi), le 17 février 2021 – L’intercommunale hennuyère IPFH a conclu un accord de collaboration avec l’entreprise d’infrastructures gazières Fluxys. Une manière très concrète pour les deux acteurs de contribuer à la transition vers un continent neutre en carbone d’ici 2050, comme l’ambitionne l’Union européenne.

Acteurs de la transition énergétique

L’accord de collaboration signé entre l’IPFH et Fluxys vise à étudier des pistes de développement conjointes des infrastructures dans le but de faire avancer la transition énergétique. À cet effet, un comité de pilotage IPFH/Fluxys a été mis en place afin d’évaluer les projets qui seront proposés.

Agir sur deux voies parallèles

Dans un premier temps, les partenaires visent à la mise en place d’une infrastructure de gaz naturel liquéfié (GNL) à petite échelle en Wallonie pour le transport routier et le transport fluvial, en pleine croissance depuis plusieurs années. L’utilisation du GNL aura un impact positif immédiat en raison de son profil d’émissions favorable par rapport aux autres énergies fossiles, tant en termes d’émissions de gaz à effet de serre que de polluants atmosphériques.

Parallèlement, IPFH et Fluxys examineront le remplacement progressif du gaz naturel par les gaz neutres en carbone (biométhane, bio-CNG et bio-LNG) afin de réduire plus avant l’impact carbone. Comme Fluxys travaille à la transformation de son infrastructure pour que celle-ci permette aussi le transport d’hydrogène vert, les partenaires veilleront à l’intégration progressive de ce vecteur énergétique dans les projets concernés par leur accord.

Des projets d’énergie renouvelable pour le Hainaut

Investir dans la filière (bio)GNL en province du Hainaut fait partie des objectifs du Plan stratégique 2020-2022 de l’IPFH. Celle-ci a en effet la volonté de continuer à s’inscrire comme initiateur de projets d’énergie renouvelable à l’échelle de la province.
De son côté, Fluxys se félicite de contribuer au verdissement du transport tant routier que maritime en Wallonie et d’avancer résolument avec IPFH sur le chemin de la transition énergétique qui est au coeur de sa stratégie.

IPFH prend en charge le coût de financement des luminaires LED pour ses communes associées pour un montant global de 70 mios €.

3 février 2021

Charleroi, le 03/02/2021 – D’ici 2030, l’ensemble du parc d’éclairage wallon sera remplacé par des sources moins énergivores et technologiquement plus efficaces. En tant qu’outil de financement des communes et acteur de la transition énergétique, IPFH proposera à ses associés communaux de prendre en charge le coût du financement de cette opération.

455.000 points lumineux seront équipés pour 2030 par des luminaires LED sur le territoire couvert par ORES. Ce vaste projet baptisé e-LUMin entraînera une économie d’énergie estimée à 65%. Une partie importante des coûts de remplacement est couverte par une obligation de service public. Mais pour les luminaires non couverts par cette obligation, le financement est soit entièrement à charge des communes, soit préfinancé par ORES avec un remboursement de ces travaux sur 15 ans.

En tant qu’outil de financement des communes, IPFH a, entre autres, pour mission de proposer à ses associés communaux de prendre en charge le financement de ce type d’opération. L’intercommunale a donc étudié la possibilité et la faisabilité légale de proposer un financement à taux 0% à ses communes pour le remplacement de l’éclairage public par du LED.

IPFH, partenaire financier des communes et acteur de la transition énergétique

En tant que premier actionnaire de l’intercommunale ORES Assets et en sa qualité d’intercommunale pure de financement, l’IPFH veut soutenir ses 57 villes et communes associées dans leur transition énergétique. L’intercommunale propose donc, sans obligation, à ses communes de financer les travaux pour le compte de celles-ci. IPFH assumera la charge financière liée aux emprunts.

Selon les hypothèses retenues et le plan d’investissements d’ORES sur le parc d’éclairage public des communes issues du territoire couvert par IPFH, l’ensemble des communes remboursera pendant 12 ans, par phase d’emprunt un montant annuel inférieur aux nouvelles économies d’énergie attendues.

Les avantages pour les communes sont donc multiples : l’accès au taux 0%, une durée faible d’emprunt, un montant à rembourser couvert par les économies réalisées. Loïc D’Haeyer, président du Conseil d’administration IPFH : « Grâce à l’excellente collaboration entre IPFH et ORES Assets, le Conseil d’administration a validé à l’unanimité ce modèle de financement aux conditions très avantageuses pour nos communes. ORES intègrera cette possibilité de préfinancement offerte par IPFH dans chaque dossier de projet transmis aux communes. »

Projet ZELDA : 6.300 Entreprises Potentiellement Concernées Par Les Communautés D’énergie Renouvelable Dans Les Parcs D’activités économiques Wallons

17 septembre 2020

(Charleroi, 17 septembre 2020) – Soutenu par les Agences de Développement Territorial1 wallonnes, coordonné par l’Intercommunale Pure de Financement du Hainaut2 (IPFH) et réalisé avec la collaboration de l’UMONS et des gestionnaires de réseau (ORES et RESA), le projet ZELDA a pour objectif de soutenir la création de communautés d’énergie renouvelable dans les parcs d’activités économiques wallons. Les résultats prometteurs de la phase 1 du projet ont été présentés aujourd’hui à quelque 200 entreprises et au Ministre wallon de l’Énergie, Philippe HENRY.

Réduire la facture d’électricité et s’engager en faveur de la transition énergétique Les dépenses énergétiques représentent aujourd’hui des postes de coûts de plus en plus importants pour les entreprises wallonnes et ce, quelle que soit leur taille (grandes entreprises, PME et TPE). Fortes de ce constat, les Agences de Développement Territorial wallonnes, sous la structure faîtière de Wallonie Développement, ont décidé de mener une réflexion commune sur cette problématique.

C’est ainsi que le projet ZELDA – Zonings à Énergie Locale et Durable – a été lancé en 2018. Son objectif ? Étudier la faisabilité de l’installation de communautés d’énergie renouvelable (CER) sur les parcs d’activités économiques (PAE) wallons, afin de diminuer les charges énergétiques des entreprises-membres et de contribuer à la transition énergétique. Le principe d’une CER repose à l’échelle d’un parc d’activités économiques sur un partage d’énergie renouvelable entre des producteurs d’énergie verte produite localement, d’une part, et des entreprises consommatrices, d’autre part, dans une logique d’autoconsommation collective.

ZELDA I : Une méthodologie qui fonctionne

Le projet ZELDA visait à réaliser une simulation des bénéfices potentiels pour l’ensemble des entreprises implantées au sein de 56 parcs d’activités économiques répartis sur toute la Wallonie et caractérisés par le projet. L’ambition du projet reposait sur la démonstration des avantages d’une auto-consommation collective, locale et durable pour les entreprises inscrites dans ces communautés d’énergie renouvelable (CER). Pour les entreprises ne disposant pas de données précises de consommation, un outil générateur de profils a été spécialement développé par l’UMONS, avec le soutien de la Wallonie. Les conclusions sont aujourd’hui très prometteuses.

« L’expérience-pilote, menée sur le parc d’activités économiques de Tournai Ouest, a pu démontrer, par exemple, qu’un tarif préférentiel peut être appliqué, en lieu et place du tarif normal, avec au final, une diminution effective de la facture pour les entreprises faisant partie d’une communauté d’énergie renouvelable », souligne Olivier Bontems, Directeur Participations & Energie chez IDETA et coordinateur du projet ZELDA pour IPFH.

« Grâce au recueil et au traitement de ces informations, il a pu être établi que la mise en oeuvre de ces communautés est bénéfique pour tous dès lors qu’elle permet une réduction de la facture finale d’électricité des entreprises, mais aussi une meilleure intégration des nouvelles unités de production d’électricité verte sur le réseau de distribution (ORES ou RESA) et un maintien de ce réseau public comme élément central de la relation entre ces productions décentralisées d’énergie renouvelable et les clients », ajoute Loïc D’Haeyer, Président d’IPFH.

ZELDA II : 6.300 entreprises potentiellement concernées à l’horizon 2021 par une participation à une communauté d’énergie renouvelable

« Stimuler le développement de moyens de production d’énergie renouvelable, agir sur la compétitivité énergétique des entreprises, renforcer l’attractivité de nos PAE, le tout dans une logique de conservation d’une contribution solidaire à l’entretien du réseau de distribution sont les objectifs recherchés par les Agences de Développement Territorial dans le développement de ces CER » explique Caroline Decamps, Présidente de Wallonie Développement.

Les Agences de Développement Territorial, grâce au projet ZELDA, ont établi une méthodologie qui fonctionne pour confirmer la faisabilité et l’intérêt des CER au sein des PAE wallons. « Cette démarche nous a permis de confirmer la pertinence des communautés d’énergie renouvelable pour agir sur la compétitivité des entreprises participantes. L’existence d’une CER nous semble également être un facteur d’attractivité des parcs d’activités économiques. Dans une 2è phase du projet, il s’agira de déployer et de décliner le concept de manière concrète au sein des PAE au travers d’une démarche participative et inclusive avec les entreprises » complète Caroline Decamps.

C’est pourquoi 16 parcs d’activités économiques supplémentaires se joindront à l’exercice du projet ZELDA II, faisant passer le périmètre de l’étude de 56 à 72 parcs. Dans cette deuxième phase du projet, la méthodologie ZELDA sera en effet appliquée également à la Province de Liège, dans des PAE mis en oeuvre par la SPI. Ce qui portera le nombre d’entreprises potentiellement concernées par les bénéfices des communautés d’énergie renouvelable à 6.300 en Wallonie.

Pour participer à une Communauté d’Énergie Renouvelable, le compteur intelligent est nécessaire. Si aujourd’hui les entreprises raccordées en Moyenne Tension disposent d’un compteur compatible, ce n’est pas le cas des PME et des TPE reliées au réseau public en Basse Tension. Au travers de ZELDA, il est important pour les Agences de Développement Territorial que le processus d’engagement des entreprises en PAE puisse être inclusif. « Si pour les ‘petits consommateurs’, la charge que représente la facture d’électricité peut paraitre anecdotique, ce sont toutefois eux qui pourront profiter le plus des avantages d’une opération d’autoconsommation collective en PAE » souligne Olivier Bontems. Notre objectif sera donc, dans la suite envisagée au projet ZELDA, de développer les outils de planification énergétique qui permettront de favoriser la consommation locale de l’électricité verte produite localement, par toutes les entreprises volontaires du PAE.

« Les initiatives comme le projet ZELDA sont au coeur de la politique de transition énergétique de la Wallonie et offrent de nouvelles possibilités de bénéficier d’une énergie propre, durable, locale et à moindre coût pour les entreprises », appuie le Ministre de l’Énergie, Philippe Henry.

L’objectif pour les Agences de Développement Territorial est de disposer, à l’horizon 2022, de 29 CER activables au sein des parcs d’activités économiques. Ce sera l’objectif du projet ZELDA³ porté par les huit Agences de Développement Territorial, en partenariat avec UMONS.

Approche transversale

Pour ce projet spécifique, la volonté des huit Agences de Développement Territorial fédérées sous Wallonie Développement reste de travailler de manière globale et intégrée au niveau du territoire wallon. C’est pourquoi la coordination générale du projet a été attribuée à IPFH tandis que l’UMONS en assure la coordination scientifique.